Les digestats, enfin valorisés : Le biogaz issu de la méthanisation de déchets organiques produit de grandes quantités de déchets finaux, appelés digestats. Ces déchets comportent une partie humide très importante qui nécessite un séchage  pour pouvoir être stockés ou utilisés comme amendements des sols par épandage. Toutefois, les quantités produites par un méthaniseur dépassent le plus souvent les capacités d’utilisation du site qui les produit. Souvent relevé comme un des freins majeurs à la méthanisation, il n’existe  aujourd’hui aucune solution assurant à la fois l’élimination des digestats et leur valorisation. BioJEM est une entreprise de bio-technologie créée en 2013. Elle dispose des droits sur plusieurs brevets américains relatifs à un système de digestion bactérienne innovant (MEF), ne produisant que très peu de  biogaz et pouvant fonctionner avec une fraction importante d’intrants composés de digestats issus d’un  méthaniseur. La production des unités MEF peut se résumer ainsi : une fraction d’eau purifiée (70 à 80%) réutilisable par l’unité MEF, ré-utilisable sur le site de  production ou re-largable dans la nature, une fraction de déchets non digérés (10 à 20%) mais qui peut être utilisée comme intrant par le  méthaniseur des protéines, des acides aminés et des lipides (10 à 15%) facilement valorisable auprès des  industries et à haute valeur ajoutée Ainsi, une unité MEF alimentée pour moitié par des déchets identiques aux intrants du méthaniseur et pour l’autre moitié par les digestats du même méthaniseur, réduit considérablement le problème de traitement des digestats tout en apportant un rendement financier à l’installation qui permet d’assurer sa rentabilité à long terme, quel que soit le niveau de subventionnement du rachat de l’énergie produite. L’intégration d’une unité MEF au sein d’un site de production de biogaz a fait, fin 2014, l’objet d’un projet  soumis au consortium Européen Bio Based Industries (BBI) pour en financer l’étude et le déploiement en Europe.